Bruce Nauman ou la relation de l’Art à la Condition humaine : un autre aspect de l’art post-moderniste

Après La Nouvelle Abstraction Américaine et L’Art Minimal, Claudine Humblet présente son nouvel ouvrage consacré à l’artiste contemporain américain Bruce Nauman. Dans Bruce Nauman ou la relation de l’Art à la Condition humaine : un autre aspect de l’art post-moderniste, publié aux Editions Skira, l’auteur emmène le lecteur dans un voyage artistique inédit tout en poursuivant son analyse approfondie de l’art contemporain américain.

Bruce Nauman ou la relation de l’Art à la Condition humaine : un autre aspect de l’art post-moderniste : une analyse fine de l’oeuvre d’un artiste contemporain américain par Claudine Humblet.

Publié aux éditions Skira, cet ouvrage de Claudine Humblet situe l’oeuvre complexe de Bruce Nauman, artiste-vidéaste américain, dans les contextes les plus importants de son temps et y introduit d’emblée le lecteur. Jusqu’ici, peu d’essais monographiques avaient été consacrés à Nauman, qui s’impose pourtant comme un inclassable créateur grâce à une oeuvre extrêmement diversifiée mais toujours homogène, faisant appel à une multiplicité de médiums et de techniques.

L’ouvrage de Claudine Humblet propose un panorama richement illustré du travail de Nauman, à travers ses différents cycles artistiques notamment le « Performance Corridor », « Le Néon » ou encore « Les Têtes » en s’efforçant de montrer l’évolution de sa pensée tout au long de sa carrière. Une pensée qui évolue de la solitude de son studio au désir progressif de communiquer avec le spectateur. Creusant sans relâche ces thèmes existentiels, la réflexion de Nauman se nourrit de penseurs comme Ludwig Wittgenstein ou Samuel Beckett. Il admire aussi des artistes comme Joseph Beuys ou Jasper Johns et tire également profit de ses rencontres avec des danseurs comme Meredith Monk ou des compositeurs Steve Reich.

L’auteur se demande aussi à quel courant Bruce Nauman appartient-il ? minimaliste, conceptuel, funk art… La réponse donnée est qu’en présence d’une oeuvre aussi singulière et diverse, il y a un refus de toute tentative de catégorisation. En effet, Nauman ne cesse d’expérimenter et de poursuivre son questionnement, qu’il partage avec le spectateur dans un langage universel qui touche au plus profond.

Bruce Nauman, artiste contemporain inclassable.

Né en décembre 1941 à Fort Wayne (Indiana), Bruce Nauman poursuit des études d’art et de mathématiques à l’université du Wisconsin puis à l’université Davis en Californie. Sa première exposition personnelle a lieu en 1966. Il déclare pratiquer «un art qui agresse le spectateur».

Dès la fin des années 1960, il travaille sur le thème de son corps et de ses déplacements à travers des films, des sculptures et des enregistrements vidéos. Il met en scène, il décompose, il multiplie. Il commence à travailler sur des supports plus organiques en utilisant, par exemple, des moules en cire ou en fibre de verre afin de «fossiliser» certaines parties de son corps. Dès 1967, il inaugure une réflexion plastique et théorique à propos de son propre corps qu’il découpe en morceaux, tête en bas ou coupée, membres disloqués. Plus tard, dans de nombreuses performances, il répètera des fragments de gestes ou de phrases simples, jouant ainsi sur la linguistique avec notamment des syllabes empruntées à son nom. Il jouera avec les lettres de l’alphabet à partir d’installations de néons. Il combine les couleurs et les mots. Dans les années 1970 et 1980, Nauman utilise presque systématiquement la spirale de néon qu’il associera à des situations violentes et/ou sexuelles et provocantes. En 1988, il crée une série thématique centrée sur le «carrousel des animaux».

En 1990, c’est le cycle des «Têtes» : il revient à son propre corps et filme en gros plan sa tête tournant comme un gyrophare tandis qu’il prononce des déclarations violentes sous forme d’onomatopées.

Son oeuvre est couronnée par de nombreux prix internationaux importants, comme celui de Düsseldorf ou la Biennale de Venise qui distingue le Pavillon Américain abritant des oeuvres de Nauman.

Actuellement, il vit et travaille à Galisteo au Nouveau Mexique. Lorsqu’il parle de son travail, il explique : «C’est ma façon de voir l’art. L’art devrait avoir une dimension morale, des valeurs et des prises de position morales».

L’auteur du livre : Claudine Humblet, une bruxelloise experte en Art Contemporain Américain.

Claudine Humblet est née à Bruxelles en 1946. Passionnée très tôt pour l’art construit européen, elle défend une thèse de Doctorat ès lettres sur L’influence du Constructivisme sur l’évolution du Bauhaus de Weimar à l’Université de la ville d’Amsterdam sous la direction du professeur Hans L.C. Jaffé.

Elle entre ensuite aux Services culturels du Conseil de la Communauté française de Belgique ainsi qu’à l’Association internationale des critiques d’art (AICA).

Depuis 20 ans, Claudine Humblet s’adonne à d’intenses recherches sur les tendances structurelles de l’art américain des années 60 et 70. En 2003, elle publie La Nouvelle Abstraction américaine : 1950 – 1970 en trois volumes, présentant l’oeuvre de 49 artistes, fruit de nombreuses recherches aux Etats-Unis, de coopérations établies avec les artistes, les institutions et les galeries. Une approche directe de l’art alimente sa réflexion. L’ouvrage vibrant répond à un souci de fidélité aux oeuvres rencontrées, à l’esprit de leur temps, ainsi qu’au message des artistes, et peut alimenter une meilleure connaissance de l’esthétique de l’art moderniste dans ses formes les plus dépouillées. En 2008, Claudine Humblet publie L’Art Minimal ou une aventure structurelle aux multiples visages .

Poursuivant ses recherches sur le post minimalisme, Claudine Humblet décide de mettre alors en avant l’oeuvre de Bruce Nauman dans un ouvrage. C’est ainsi qu’est né Bruce Nauman ou la relation de l’Art à la Condition Humaine : un autre aspect de l’art post-moderniste.

Achetez le livre « Bruce Nauman ou la relation de l’Art à la Condition humaine » sur Amazon

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité