Bastien Aubry et Dimitri Broquard « Gitane à la guitare »

Gitane à la guitare

C’est l’histoire de deux amis qui se rencontrent à l’École d’Arts Visuels de Bienne en Suisse dans les années 90 où ils s’imprègnent de graphisme suisse et d’expérimentation visuelle, qui sont par la suite devenus enseignants dans plusieurs écoles d’art en Suisse, qui fondent le studio de graphisme FLAG connu pour ses projets dans le domaine culturel pour ses affiches, magazines et illustrations, qui vivent et travaillent à Zurich, et qui depuis 2007 exposent leurs créations artistiques qui combinent design et artisanat, privilégiant l’installation.

Comme ils l’expliquent eux-mêmes : « Notre démarche, à la fois humoristique et précaire, est motivée par la poésie de l’échec et la beauté qui se trouve dans le moins-que parfait. Une grande partie de notre travail propose des objets en céramique difformes tels que des cruches, des boîtes de céréales, ou d’autres objets du quotidien. Notre pratique, de façon discrète mais néanmoins acerbe, expose et déconstruit le système de valeurs dominant en interrogeant les distinctions entre haute et basse culture, bon et mauvais goût. »

Du 3 septembre au 18 octobre prochains, le duo investit la Maison d’Art Bernard Anthonioz à Nogent-sur-Marne pour une exposition intitulée « Gitane à la guitare ». Puisant leur inspiration dans la culture populaire, l’art brut et les objets de notre quotidien, leurs créations sont une savante conjugaison de matériaux et de formes qui se veulent un hommage à la poésie de l’échec et à la beauté du moins-que-parfait.

Ici, les objets ont perdu leur fonctionnalité et leur équilibre, sombrant avec humour et non sans surprise dans l’instabilité. Pour mener à bien ce projet, Bastien Aubry et Dimitri Broquard se sont plongés dans les archives de la Bibliothèque Smith-Lesouëf de la MABA, dans la spécificité que ce site a entretenu au fil du temps avec la création artistique, permettant aux deux artistes de nous proposer de nouvelles alternatives provenant de la confrontation d’une peinture classique et romantique au contexte contemporain.

« Gitane à la guitare » est une réinterprétation des codes romantiques que sous-entend ce titre, trouvé au demeurant dans un catalogue de peintures. Les deux artistes multiplient les matériaux, les techniques, les médiums afin de créer des décalages, des déplacements ou des interférences que l’on découvre de salle en salle. Tout est reconnaissable mais revisité, tous les arts se trouvent sur un pied d’égalité, qu’ils se concrétisent en des œuvres uniques et multiples, original et copie, travail manuel et numérique, imprimé et tracé, bon et mauvais goût, art/artisanat et industrie, concept et mise en oeuvre… Bastien Aubry et Dimitri Broquard aborde ainsi les questions capitales de la création contemporaine actuelle, en évoquant les questions de cycles et d’effets de mode dans les goûts, les techniques ou les modes de monstration d’œuvres. Le duo remixe et réinvente les codes pour mieux se les approprier.

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Daniel François Cayo

Daniel François Cayo expose au 34 Bonaparte

Peintre français, Daniel Cayotin, alias Cayo, expose ses dernières œuvres en plein cœur de ...

Laurent Perbos - Babylone

Babylone de Laurent Perbos en septembre à la galerie baudoin lebon

C'est l'exposition "Babylone" de Laurent Perbos qui fera le 7 septembre prochain, l'ouverture de la rentrée ...