AYM, exposition collective sur l’Art de la génération Y

AYM - Art de la génération Y

Exposition collective AYM sur « l’Art de la génération Y » dans laquelle les oeuvres ne pourront s’acquérir qu’en Ether !

Le Jeudi 27 avril 2017 sera la date d’une première mondiale dans l’histoire des expositions. Il se tiendra à Paris le vernissage d’une exposition collective AYM sur « l’Art de la génération Y » dans laquelle les oeuvres ne pourront s’acquérir qu’en Ether (ETH)**. L’Ether est une monnaie numérique issue du protocole Ethereum et basée sur la technologie Blockchain. En garantissant la réalité d’une transaction sans organe central de contrôle, la blockchain renverse les modèles traditionnels de valorisation et d’échanges de notre société. « Que des artistes de cette génération acceptent que leurs oeuvres soient acquises en « Ether »est un signe fort » déclare Jean Younes, directeur des contenus de all{mecen. « Si cette monnaie s’imposait sur le marché de l’Art, c’est l’ensemble des codes de valorisation et de diffusion de ce ce marché qui pourrait être renversé » ajoute Christophe Pouilly, Art Diffuseur à La Compagnie. Lancée fin 2015, l’Ether est à ce jour la 2ème monnaie numérique derrière le bitcoin.

* La génération Y est celle des personnes nées entre1980 à 1995. Elle se définit comme la 1ère génération connectée.
** Étymologiquement, l’Éther a pour signification ‘bouillonnement’ ; tel celui qui agit lors d’une phase intense de création artistique. Selon l’étude de la formation de l’univers (cosmogonie), l’éther est la substance dont procède toute la création.

Les six artistes exposés illustreront la diversité des registres et des techniques d’expression de la génération Y : peinture numérique, vidéo, peinture acrylique, poscas, photographie. Une table ronde « Art & génération Y & Ether : vers un renversement de valeurs ? » aura lieu le soir du vernissage. Interviendront :

Philippe Béchade : président du think tank ‘Les Econonoclastes’
Sophie Cras : docteure en Histoire de l’art, maître de conférences en Histoire de l’art contemporain à Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)
Monique Dagnaud : sociologue, directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la génération Y
Raphael Federici : artiste pluridisciplinaire de la génération Y
Simon Polrot : avocat, association Ethereum

Sur les questions suivantes :

– Quel est le rapport au monde de la 1ère génération connectée ?
– En quoi son utilisation des réseaux est-elle plus subversive qu’il n’y paraît ?
– Que cherche à exprimer l’art de cette génération ?
– Comment se diffuse-t-il ?
– En quoi est-il en phase avec une monnaie dont la valeur est garantie sans organe central de contrôle ?
– Cette monnaie, l’Ether, peut-elle renverser les codes de valorisation du marché de l’art ?
– Peut-elle aller jusqu’à exister sur la scène du grand marché monétaire ?
– Quelles en seraient les conséquences ?

Les associations participantes :

L’Association Ethereum (Asseth) a pour objet de promouvoir, développer et permettre au plus grand nombre d’utiliser la blockchain Ethereum. Ses membres fondateurs aux profils très divers (développeurs, juristes, économistes, entrepreneurs…) partagent la même passion pour cette technologie. www.ethereum-france.com

Usbek & Rica est un média qui analyse le présent et explore le futur, pour interroger la notion de progrès. Il prend de la hauteur sur l’actualité pour s’intéresser de près aux révolutions géopolitiques, climatiques, technologiques, culturelles et de société. https://usbeketrica.com

Les organisateurs :

La Compagnie est le premier espace artistique conçu pour établir des passerelles entre le monde de l’art et celui de l’innovation. http://lacompagnie.paris

all{mecen : est une plateforme sociale de partage de contenus créatifs, de mécénat et de financement participatif destinée aux créateurs et amateurs d’art. http://www.allmecen.com/

Les artistes :

Raphael Federici

Artiste plasticien connu également sous le pseudo « ParisSketchCulture », Raphael Federici -30 ansrevendique un art qui s’exprime autant en atelier que dans la rue ; sur du bois que sur du textile ; sur des tableaux ou même sur la peau. Un art qui allie des techniques traditionnelles (peinture à l’huile, gravure sur bois) et nouvelles ‘illustration, bande dessinée…’. L’art hybride d’une génération connectée à des influences multiples. Raphael vit et travaille à Paris. Il a exposé en solo ou en group show dans des galeries en France, aux Etats-Unis et en Afrique du Sud. http://www.parissketchculture.com/

Hanoh Szpira

Peintre, artiste visuel et designer 3D, Hanoh Szpira -30 ans- explore les sensations procurées par l’association du dessin, de la peinture et celles de la 3D. La main va à la machine, la machine à la main et son oeuvre donne vie à des matières dont on ne sait plus si elles tiennent du monde physique ou numérique. Hanoh expose en France et en Angleterre. https://hanohszpira.com/

Léonard Combier

Léonard Combier -26 ans- ne se souvient pas avoir passé une journée sans dessiner ; même à HEC. Aujourd’hui, il manie l’acrylique et le Posca sur ses toiles, et l’encre sur le papier. Au premier regard, ses tableaux sont une gigantesque foire mais lorsqu’on s’en s’approche, on découvre l’assemblage d’une infinité de détails dont aucun n’est inutile pour saisir la cohérence de son univers. Il en surgit des figures surréalistes à la Victor Brauner portées par une palette de couleurs au croisement de plusieurs cultures, un mélange de traditions aztèques, européennes et orientales. Léonard expose dans le cadre de festivals et galeries en France, en Italie et en Allemagne. http://www.leonardcombier.com

CELA

« CELA » est un collectif de jeunes artistes. Mais « qu’est-ce que cela ? ». La question résonne avec d’autant de plus de sens que leur expression est le résultat d’une expérience d’hybridation de disciplines artistiques multiples : plastique, numérique, musique, vidéo. Même la poésie se mêle à cet ensemble protéiforme qui n’oublie pas qu’une oeuvre a d’autant plus de sens qu’elle a pour résultat une esthétique cohérente. http://cela.co/

Romy Alizée

A 28 ans, Romy Alizée s’affirme comme une photographe militante. Son engagement ? Partager une vision intime de la féminité, débarrassée des codes propagés par les hommes et par la publicité. Une forme d’érotisme dépouillé et brut qui s’exprime à travers elle (Romy est souvent son propre modèle) et le prisme de la nuit. Sa vision s’exprime d’abord sur pellicule noir et blanc, puis sur papier, dans des fanzines auto-édités ainsi que dans la revue érotique Le Bateau. Romy expose aussi en France et en Chine. http://the-room-got-heavy.tumblr.com/

Théo Lopez

Depuis 2008 et sa rencontre avec le collectif 9eme concept, Théo Lopez multiplie les expériences. Résidences, Art Fair, expositions personnelles et collectives… Paris, Marseille, Tel Aviv, Bordeaux, Bruxelles, Moscou… l’artiste de 28 ans est très demandé. Loin de se disperser, son travail s’affirme. Son abstraction s’assume, ses formes se mettent à vibrer, ses couleurs s’enchevêtrent et se répondent. ‘La peinture est une poésie muette’ disait un très ancien. Théo Lopez inscrit son nom dans cet illustre sillon. https://www.theolopez.com/

Informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?