• Participez au sixMic Crowfunding !

« Arlequine » Karina Bisch à la Galerie des Galeries

Triangles (Anni)

Fidèle à sa politique de mise en valeur de la transversalité qui existe entre la mode, les arts plastiques et le design, la Galerie des Galeries, l’espace culturel des Galeries Lafayette Haussmann, présente du 4 mars au 9 mai prochain, Karina Bisch, l’un des espoirs artistiques contemporains.

Née en 1974 à Paris, Karina Bisch est diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et a été en résidence à la Rijksakademie van Beeldende Kunsten à Amsterdam. Depuis toujours, sa démarche artistique est aussi originale qu’unique, son inspiration puisant ses racines dans l’art géométrique, mais aussi dans la mode ou à la danse, élaborant une sensibilité particulière à la modernité.

Bien que Karina Bisch se considère comme peintre, ses œuvres relèvent également de la sculpture, de l’installation et de la performance. Très attachée à la relation qui se tisse entre art et artisanat, elle propose dans son projet « Painting for Living » de s’immerger dans la peinture en la portant et c’est ainsi qu’elle réalise ses premiers costumes, foulards, robes, coussins et bracelets, donnant naissance à une marque qui sera illustrée par deux collections annuelles. L’art devient mode, la mode se fait art, Karina Bisch abolit les frontières.

Présentées dans des institutions de renoms tant en France qu’en Europe, les oeuvres de Karina Bisch se trouvent notamment dans la West Collection en Pennsylvanie – USA, au sein du Fonds national d’Art Contemporain, au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, dans les FRAC d’Aquitaine, d’Ile-de-France, de Franche-Comté, et au Fonds municipal de la Ville de Paris.

La voici qui s’installe et qui envahit la Galerie des Galeries avec une série d’œuvres inédites présentées sous le titre d’ « Arlequine » qui trahit l’attirance que l’artiste nourrit pour les costumes et la mise en scène, et qui va recouvrir l’espace d’une toile de 70m de long, peinte durant trois mois à l’aide de motif noir et blanc, plongeant le visiteur dans un univers total.
Des fenêtres créées dans la toile laisseront apparaître des peintures en couleur. Au milieu de l’espace, six personnages revêtus de tenues créées par l’artiste, tels des spectateurs, viennent activer l’exposition qui se transforme en un véritable théâtre. Chacun porte un prénom d’une figure des courants modernes du XXe siècle, Gustave, Varvara, Sonia, Giacomo, Pablo et Ellsworth, clin d’œil au cubisme à l’orphisme en passant par le minimalisme, qui sont autant de preuve de l’intérêt que Karina porte à la couleur et au motif et de son talent à les manipuler.

La conception et la construction de l’exposition Arlequine révèlent ce « lien pictural unificateur »si cher à l’artiste dont le seul but est d’ intégrer l’art à tous les domaines de la vie.

« Arlequine » révèle une Karina Bisch passionnée, admirative de Sonia Delaunay, d’Ellsworth Kelly et de Pablo Picasso, emplie d’imagination originale et colorée et s’exprimant aussi bien avec de l’acrylique, au pochoir, sur toile ou sur tenture, en volume ou à plat…..une Karina Bisch créatrice à l’extrême, qui s’amuse, qui nous séduit, artiste unique et inspirée, artiste femme et femme faite artiste.

Photo : Triangles (Anni), 2014 Courtesy de l’artiste © ADAGP, 2015

Arlequine, Karina Bisch

Photo : Arlequine, Karina Bisch, 2014 Courtesy de l’artiste © ADAGP, 2015
.

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

sel

Univers’sel de Motoï Yamamoto et Jean-Pierre Formica

Jusqu'au 30 novembre, l’exposition « Univers’sel » envahit le parcours des tours et remparts ...

Galerie Chenaux

Galerie Chenaux : If light

La galerie Chenaux est novatrice dans son concept d’aborder l’art en mêlant commerce, communication ...

Hotel Kalifornia

Hotel Kalifornia by Louis Lefebvre

Le panorama artistique de la scène californienne des années 2000 à aujourd’hui sera à ...