• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Antoine Schmitt, invite les habitants de la Plaine Saint-Denis à participer au « City Lights Orchestra »

ntoine Schmitt
City Lights Orchestra, 2013 © Antoine Schmitt

Le mercredi 20 novembre dès 19h, Synesthésie présente City Lights Orchestra, une performance d’Antoine Schmitt, invitant les habitants de la Plaine Saint-Denis à créer à l’unisson leur propre symphonie visuelle.

Dans le cadre du festival Némo 2013, le rendez-vous arts numériques d’Arcadi Île-de-France, les Dionysiens participant à City Lights Orchestra deviennent, le temps d’une soirée, les acteurs créatifs de la vie urbaine nocturne.

Présentée pour la première fois en Île-de-France, City Lights Orchestra est une oeuvre collective composée in situ et en temps réel où chaque fenêtre, tel un instrument d’orchestre, interprète sa propre partition, s’intégrant à une rythmique visuelle globale.

Cet événement fédérateur, crée du lien social parmi les habitants et les élèves du collège voisin. Il met également en lumière les façades d’un quartier en mutation qu’il transforme en une entité organique dont les pulsations rappellent celles d’un battement de coeur.

Artiste plasticien, ingénieur programmeur et designer, Antoine Schmitt a développé une pratique artistique pluridisciplinaire autour de la programmation de formes lumineuses. Son travail se caractérise par une réflexion sur le libre arbitre, le déterminisme et l’autonomie de mouvement. Ses productions artistiques ont obtenu de nombreux prix, dont ceux de la Transmediale de Berlin et d’Ars Electronica de Linz.

Antoine Schmitt est soutenu dans la mise en place de ce projet par Synesthésie, Fabrique de culture art et numérique ayant pour vocation d’expérimenter pour innover, de donner à voir, de créer l’événement, de le partager avec tous et d’enrichir la découverte.

Véritable creuset des pratiques les plus contemporaines, dans les arts plastiques, les arts numériques, les nouvelles écritures, Synesthésie est reconnue pour sa présence créative et solidaire au coeur de l’urbain.

Le concept :

City Lights Orchestra est une symphonie visuelle jouée en direct par les fenêtres de la ville et orchestrée par Antoine Schmitt. Tout le quartier de la Plaine devient à la fois interprète et spectateur de ce spectacle inédit à Saint-Denis. Cette oeuvre à l’échelle de la ville n’existe que par la volonté des habitants. La ville globale devient ainsi la ville de chacun. La nuit tombée, chaque ordinateur connecté à Internet éclaire la fenêtre d’un local ou d’un appartement, et cligne, bat, s’allume et s’éteint, selon son propre rythme, mais en choeur avec tous les autres.
Chacun peut participer à tout moment : City Lights Orchestra est composé pour accepter un nombre illimité de participants. Des événements festifs dans la rue constituent un pôle d’attraction pour admirer cette représentation lumineuse et ludique questionnant chacun sur sa place dans le grand système urbain.

Participer :

Destiné au plus grand nombre, le mode de participation à City Lights Orchestra est simple. Il suffit aux habitants, amis, voisins d’un même quartier d’avoir une connexion Internet, un ordinateur ou une tablette numérique et des fenêtres sur rue. Après avoir réuni un maximum de proches, les participants se connectent à www.citylightsorchestra.net sur lequel se joue leur partition. Ils positionnent ensuite l’écran face au mur opposé à la fenêtre, au plafond, ou vers la fenêtre elle-même, à condition de la couvrir de rideaux clairs ou de feuilles blanches afin d’amplifier la lumière. Puis ils doivent désactiver leur écran de veille et éteindre l’éclairage dans la pièce. Enfin, ils sortent dans la rue pour profiter du spectacle de l’ensemble des fenêtres participant à la symphonie.

Les personnes équipées de smartphones ont la possibilité de prolonger l’expérience sur leurs écrans connectés au même site. Dès le 5 novembre, le site www.citylightsorchestra.net permettra aux habitants désireux de prendre part à l’événement de faire des tests de luminosité avant la soirée du 20 novembre.

Antoine Schmitt

Artiste plasticien, Antoine Schmitt crée des oeuvres sous forme d’objets, d’installations et de situations pour traiter des processus du mouvement et en questionner les problématiques intrinsèques, de nature plastique, philosophique ou sociale. Héritier de l’art cinétique et de l’art cybernétique, nourri de science-fiction métaphysique, il interroge inlassablement les interactions dynamiques entre nature humaine et nature de la réalité. À l’origine ingénieur programmeur en relations homme-machine et en intelligence artificielle, il place maintenant le programme, matériau artistique contemporain et unique par sa qualité active, au coeur de ses créations pour révéler et littéralement manipuler les forces à l’oeuvre. Avec une esthétique précise et minimale, il pose la question du mouvement, de ses causes et de ses formes. Antoine Schmitt a entrepris, seul ou à travers des collaborations, d’articuler cette approche à des champs artistiques plus établis comme la danse, la musique, le cinéma, l’architecture ou la littérature. Comme théoricien, conférencier et éditeur du portail gratin.org, il explore le champ de l’art programmé.

Son travail a reçu plusieurs prix dans des festivals internationaux : Transmediale (Berlin, second prix 2007), Ars Electronica (Linz, second prix 2009), UNESCO International Festival of Video-Dance (Paris, premier prix online 2002), Digital Turku (Turku, Finlande, honorary, 2011), Vida 5.0 (Madrid, honorary 2002), CYNETart (Dresde, honorary 2004), medi@terra (Athènes, premier prix 1999), Interférences (Belfort, premier prix 2000), Machinista 2003 (Russie). Il a été exposé, entre autres, au Centre Georges Pompidou (2002, 2004, 2006, 2010, 2011), au Musée des Arts Décoratifs (Paris, 2009), à Sonar (Barcelone, 2002, 2004, 2005), à Ars Electronica (Linz, 2003, 2009), au Centre d’Art Contemporain de Sienne (2004), au Musée d’Art Contemporain de Lyon (1997), aux Nuits Blanches (Paris 2004, 2008, Amiens 2007, Metz 2009, Bruxelles et Madrid 2010). Il fait partie des collections de l’Espace Gantner (Bourogne), du Cube (Issy-les-Moulineaux) et du Fond Municipal d’Art Contemporain (FMAC) de Paris. Représenté par la Galerie Charlot (Paris), Antoine Schmitt vit et travaille à Paris.

City Lights Orchestra fait partie de la programmation du festival Némo, le rendez-vous arts numériques d’Arcadi Île-de-France, auquel Synesthésie participe depuis 2011. Cette année, le festival Némo se déroule du 16 novembre au 15 décembre 2013 dans l’ensemble la région.

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité