• Soutenez artsixMic
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Amy Brener – Michaël Jasmin : Invisiblers à la galerie pact

Amy Brener - Michaël Jasmin : Invisiblers à la galerie pact

Jusqu’au 10 mars 2017, la première exposition personnelle en Europe de l’artiste canadienne Amy Brener fait pact avec l’archéologue français Michaël Jasmin, qui livre son interprétation personnelle de l’univers singulier voire anachronique de l’artiste.

La galerie pact organise jusqu’au 10 mars prochain « Invisiblers », la première exposition européenne et personnelle en galerie de l’artiste canadienne Amy Brener, plasticienne ayant reçu la bourse Métiers d’art/Sculpture de la New York Foundation for the Arts en 2015 après avoir été diplomée de la Skowhegan School of Painting and Sculpture en 2011 et d’un Master of Fine Arts (MFA) en sculpture au Hunter College de New York en 2010.

Installée à New York, le travail sans précédent de cette artiste a été exposé en 2016 au « Greater New York » au MoMa PS1 à New York et au Katonah Museum of Art à New York. Les galeries Wentrup, Berlin, Derek Eller, New York, et Susan Hobbs, Toronto, ont également exposé ses travaux au sein d’expositions collectives.

Son exposition à Paris fait pacte avec le Docteur en archéologie proche-orientale et Guide-conférencier national français Michaël Jasmin qui, au vu des tuniques d’invisibler, a ressenti « un sentiment inquiet de déplacement. Déplacement temporel, déplacement chronologique, quand les temps s’emmêlent et nous perdent dans leur labyrinthe. » Les grandes tuniques d’Amy Brener sont façonnées de silicone et de résine ; transparentes, elles n’en semblent pas moins protectrices. Mais le mystère demeure complet ; s’agit-il d’armures venues d’un lointain passé ou se destinent-elles à affronter un futur qui pointe à l’horizon ? Comme le souligne Maichël Jasmin, parti à la recherche des sculptures d’Amy Brener : « Pour cela je suis parti dans le passé Comme un archéologue menant l’enquête devant l’abyme Pour cela je suis parti dans le futur Comme un rêveur devant le temps Et sur les traces de ses rêves et de ses peurs Flottaient, translucides, de grandes tuniques. »

Amy Brener encapsule le présent en fabriquant des pièges en silicone où les petits objets du quotidien, feuilles et fragments de peignes ; graines et équerres métalliques ; clavier et pinces ; fourchettes et fusible se trouvent emprisonnés temporellement, entretenant avec nous ce langage du quotidien et affichant nos mémoires matérielles une fois placés sur les armures. Protecteurs du passé, ils permettent de faire face à notre devenir.

L’artiste cherche à préserver de l’oubli ces objets communs et fonctionnels en les stratifiant à l’aide de résine de polyuréthane et de mousse, leur permettant d’entreprendre un voyage dans le temps vers un futur empli d’espoir où ils pourront être redécouverts. La lumière joue avec les œuvres, réfractions et reflets offrant aux spectateurs qui se déplacent autour des sculptures des effets changeants et envoutants. Amy Brener peut consacrer des sculptures aux petits objets du quotidien de ceux qui souhaitent voir élaborer leur propre armure par l’artiste…Unique et sublime à la fois !

Photo : Amy Brener, Invisiblers, Vue d’exposition, 2017, Courtesy pact

Informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Le Dieu Femme

Melek Oral Koray vous invite à célébrer “Le Dieu Femme”

La femme est au coeur de la nouvelle exposition proposée par l’espace culturel Mémoire ...

Anne Brouillard

Anne Brouillard « Voyage d’hiver » à Bibliothèque Faidherbe

Auteur- illustratrice belge, Anne Brouillard, dans plus d’une vingtaine d’albums, nous raconte des histoires ...

Anne Holtrop, exposition Barbar, Batara, 2016, Solo Galerie (c) Julia Andreone, courtesy Solo galerie

Anne Holtrop : Barbar, Batara à la Solo Galerie

Pour sa troisième exposition, Solo Galerie présente les œuvres de l’architecte hollandais Anne Holtrop. ...