• Participez au sixMic Crowfunding !

Alphonse Donatien de Sade. Attaquer le soleil

« On n’estime ici bas que ce qui rapporte ou ce qui délecte ; et de quel profit peut nous être la vertu des femmes ! » Marquis de Sade – Justine

Le 2 Décembre 1814, après avoir connu la Monarchie, la Révolution, le Consulat, l’Empire et l’aube de la Restauration, Donatien Alphonse François, Marquis de Sade s’éteint, à 74 ans, seul, après avoir été emprisonné sous tous les régimes.

« On ne saurait ignorer Sade. De même que ses écrits ont lézardé les murailles de la Bastille et abattu d’autres remparts intérieurs, ils font vivre encore leur auteur deux siècles après sa mort, franchissant les confins du temps accordé à l’être humain. Ils n’auraient pu être mis en terre – ou croupir sur des étagères oubliées du second rayon des bibliothèques –, quoi qu’eussent voulu – et veulent encore parfois – les fossoyeurs des libertés individuelles. » Catriona Seth

Annie Le Brun, auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet dont l’incontournable Soudain, un bloc d’abîme, Sade, se voit confier le commissariat général de l’exposition consacrée à Sade organisée par le musée d’Orsay à l’occasion du bicentenaire de la mort de l’écrivain. Le propos, tel qu’elle le définit elle-même, sera de « montrer comment, avant d’avoir une importance majeure dans la pensée du XXe siècle, l’œuvre de Sade a induit une part de la sensibilité du XIXe siècle, quand bien même le personnage et ses idées y auront-ils été tenus pour maudits.

Suivant l’analyse d’Annie Le Brun, spécialiste de Sade et commissaire invitée, l’exposition met en lumière la révolution de la représentation ouverte par les textes de l’écrivain. Seront abordés les thèmes de la férocité et de la singularité du désir, de l’écart, de l’extrême, du bizarre et du monstrueux, du désir comme principe d’excès et de recomposition imaginaire du monde, à travers des oeuvres de Goya, Géricault, Ingres, Rops, Rodin, Picasso…

A noter : Le caractère violent de certaines oeuvres et certains documents est susceptible de heurter la sensibilité des visiteurs.

Franz von Stuck (1863 -1928)

Franz von Stuck

Franz von Stuck (1863 -1928)
Judith et Holopherne 1927
Huile sur bois H. 82 ; L. 72 cm
Collection particulière © Droits réservés

Commissariat

  • Annie Le Brun
    Laurence des Cars, conservateur générale, directrice du musée de l’Orangerie

Une Bande Annonce très coquine

Pour annoncer son exposition sur le célébrissime marquis, Donatien Alphonse François de Sade, le musée d’Orsay a demandé aux artistes vidéastes David Freymond et Florent Michel de créer une bande annonce un peu osée sur l’exposition « Sade. Attaquer le soleil »

Informations Pratique

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (1)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

ANKAMA - Dofus

ANKAMA a installé un village de Noël à Lille

Pour amorcer les festivités, c’est tout d’abord sur ses terres natales du Nord que ...

carolus

Carolus débarque à Paris le juin au Loft Sévigné

Habituée des grandes expositions et foires d'art contemporain de Miami où elle réside, Carolus ...

François Fontaine

François Fontaine : SUPERNATURE à L’Hôtel Jules et Jim

Cela fait cinq ans que l’hôtel Jules & Jim accueille les artistes des plus ...