Alain Mabanckou et Capitaine Alexandre poétisent le monde à la Fondation Louis Vuitton

Alain Mabanckou

  Alain Mabanckou invite le poète slameur Capitaine Alexandre à slamer et à poétiser le monde.

Dans le cadre de l’exposition « Art/Afrique, le Nouvel Atelier » à la Fondation Louis Vuitton, Alain Mabanckou a invité Capitaine Alexandre à slamer et à poétiser le monde.

Le poète slameur Marc Alexandre Oho Bambe dit Capitaine Alexandre, sème des notes et des mots, de résistance et de paix, de mémoire et d’espoir. Issu d’une longue lignée d’auteurs humanistes, il perpétue les quêtes essentielles de ses maîtres à penser et professeurs d’espérance (Aimé Césaire, René Char, Frankétienne…) : le don de soi et le sens de la révolte contre toutes les injustices, la quête de l’humain, « rien que l’humain, où qu’il se trouve » et le refus de vivre « les bras croisés en l’attitude stérile du spectateur ».

Capitaine Alexandre
Capitaine Alexandre

Capitaine Alexandre a publié quatre livres, ADN (Afriques Diasporas Négritude), Le Chant des possibles (récompensé par le Prix Fetkann de poésie et le prix Paul Verlaine de l’Académie Française en 2015) et Résidents de la République, un essai écrit en « état d’urgence » publié en septembre 2016, aux Editions La Cheminante. Paraît aujourd’hui De terre, de mer, d’amour et de feu aux éditions Mémoires d’Encrier.

Le site de Capitaine Alexandre : www.capitainealexandre.com

Capitaine Alexandre donnera le dimanche 25 juin à 17H à l’Auditorium de la Fondation Louis Vuitton un concert littéraire. « De terre, de mer, d’amour et de feu » un opéra slam baroque à la croisée des disciplines, mêlant poésie, musique, chant et danse, est l’adaptation inédite du livre éponyme, présentée pour la première fois. La représentation sera suivi d’une rencontre et dédicace. en compagnie de Caroline Bentz (piano, vielle à roue et chant), Alain Larribet (duduk, harmonium indien, hang, percussions, sanza et chant) et Sara Maurin Kane (danse).

Pour en savoir plus sur l’événement Carte Blanche à Alain Mabanckou :
http://www.fondationlouisvuitton.fr/evenements/afrique_evenements/poesie-litterature.html

Alain Mabanckou

Né en 1966 au Congo, Alain Mabanckou est l’auteur de plusieurs romans, dont Mémoire de porc-épic (Seuil, 2006) pour lequel il a reçu le prix Renaudot. Il vit à cheval entre les États-Unis, où il enseigne la littérature francophone à UCLA, et la France. Son œuvre est traduite dans une vingtaine de langues.

Dans un entretien de 2009 avec Evene.fr, il souligne que « le danger pour l’écrivain noir est de s’enfermer dans sa « noirceur », comme dirait Frantz Fanon. Il ne s’agit pas de tomber dans le piège de l’affrontement basique entre la civilisation noire et blanche. L’autocritique est essentielle si l’on veut ensuite poser un regard juste sur le reste du monde ». C’est ce qui se dégage dans son essai Le Sanglot de l’homme noir, paru chez Fayard en janvier 2012 et classé dans les meilleures ventes d’essais et documents (palmarès de L’Express et Tite-Live)

En 2010 Alain Mabanckou a été nommé par décret du Président de la République française au grade de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur.

En 2012 l’Académie française lui a décerné le Grand Prix de littérature Henri Gal (prix de l’Institut de France doté d’un montant de 40.000 euros et qui couronne l’ensemble de l’oeuvre d’un écrivain). En 2013 la Fondation Prince Pierre de Monaco salue l’ensemble de son œuvre.

Photo : Alain Mabanckou

Lire aussi sur artsixMic : Afriques Capitales, la création africaine contemporaine se pose à La Villette !

La langue pimentée d’Alain Mabanckou sur France Inter

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Fernand Léger - Léger et ses amis

Fernand Léger et ses amis en vis-à-vis

Né en 1881, Fernand Léger fut à la fois peintre, créateur de cartons de ...

Philipp Meyer

Le palmarès des Explorateurs de la rentrée 2014

Pour la deuxième édition, l’opération « les Explorateurs de la rentrée » a permis ...

Cécile Harel : En attendant que les beaux jours reviennent

Bien écrite et bien enlevée l’histoire se lit de bout en bout sans presque ...