• Soutenez artsixMic
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Alain L’Hostis en photographie redonne la vie aux paysages d’autrefois

Alain L’Hostis

Alain L’Hostis: 400 clichés issus de négatifs ou de diapositives pour redécouvrir la beauté des années 1980/1990

De nos jours, beaucoup d’entre nous se pensent, se disent, s’estiment photographes. Or, la photographie demeure un art à part entière, et qui dit art dit non seulement technique mais aussi passion. C’est à cela que l’on remarque un vrai photographe. Tel est Alain L’Hostis : un artiste photographe passionné. Comédien et conteur, il voue à la photographie une passion de toujours.

Il fait ses premières armes à l’âge de 17 ans avec le célébrissime « Zenith » (un reflex 24×36) et son inimitable objectif de 55 mm. Cet appareil est inusable mais sans automatisme et un peu lourd. Pourtant, grâce à lui, il apprend la technique et l’art de faire de beaux clichés.

Quelques années plus tard, il s’offre enfin « son » Minolta XG-M, un superbe reflex. Il a toutes les fonctions indispensables : priorité vitesse, priorité ouverture, un viseur très lumineux pour l’époque… Ils deviendront inséparables pendant plus de 30 ans. Sur le tard, il s’essaie au numérique mais il ne réussit pas à retrouver la finesse et le rendu de la diapositive. Un jour, alors qu’il entend dire que le numérique va détrôner l’argentique, il se souvient qu’il a une collection de plus d’un millier de clichés qui n’ont jamais vu le jour. Dès lors, Alain investit dans un Epson Perfection V600 Photo pour scanner ses films. Un véritable travail de fourmi s’ensuit : il faut numériser chaque cliché en très haute définition (3200 dpi), négatif par négatif, et en parallèle trier pour ne garder que les meilleures photos. Le résultat est bluffant : les 400 clichés sélectionnés racontent une partie de l’histoire du patrimoine de la France. Alain décide alors de les partager sur Internet pour que tout le monde puisse en profiter.

Grâce à son formulaire de contact, les internautes peuvent lui commander des tirages en qualité expo (de 250 à 300 dpi), dans 4 formats au choix (A3 maxi) et à des prix accessibles. Les clichés argentiques d’Alain L’Hostis permettent non seulement de redécouvrir la beauté des années 1980 et 1990, mais donnent l’opportunité à chacun d’entre nous d’apporter à sa décoration intérieure une touche de personnalité et de singularité. Originales et authentiques, ses photos s’inscrivent dans la décoration néo-vintage actuellement en plein boom ainsi que dans la tendance à se détourner du numérique pour revenir à la beauté intemporelle des clichés pris avec un appareil argentique. Dans ce contexte, la mise à disposition du fonds de photographies argentiques d’Alain L’Hostis est donc un véritable événement. Plus de 400 clichés de grande qualité, tous réalisés avec un reflex Minolta XG-M, redonnent vie aux paysages et aux monuments d’autrefois. Chacun peut désormais commander des tirages en 4 formats au choix (A3 maxi) pour offrir ou s’offrir une oeuvre qui créera une décoration personnalisée et artistique.

Alain confie : « Je suis passionné de photographie depuis 30 ans. C’est pour cela que j’ai eu envie de partager la beauté de notre patrimoine, mais aussi tous ces vieux métiers, ces paysages, tous ces monuments qui n’existent plus ou qui sont devenus aujourd’hui méconnaissables. L’argentique donne un véritable cachet aux photographies. Elles ont un look à la fois authentique et vintage qui n’est pas sans évoquer notre enfance et ses souvenirs qui ne s’éteignent jamais. Ces clichés sont le cadeau idéal pour se faire plaisir ou pour faire plaisir aux proches que l’on aime et avec qui l’on a envie de partager une parcelle d’éternité. »

Le photographe se réjouit : « Grâce à la magie de l’argentique, ces photos « datées » permettent de revivre la double décennie 1980 – 1990. Pour le plus grand bonheur de tous ceux qui, comme moi, aiment la décoration néo-vintage ! »

Site web d’ Alain L’Hostis : http://argentique.aixpoz.com

Photo : Alain L’Hostis

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Quentin Jouret - touriste

Quentin Jouret : touriste à la Fondation Espace écureuil

Le plasticien toulousain, Quentin Jouret, passionné de voyages, a proposé à la Fondation Espace ...

Béatrice BESCOND

Béatrice BESCOND : PASSAGE(S) à la Galerie BIGOTES

Diplômée de l'École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris en 1985 et agrégée ...

C215 alias Christian Guémy

C215 s’installe au Musée National du Sport

Passionné de sport, C215 s’installe à partir du 10 février prochain au Musée National ...