70 photographies de Benjamin Katz au MAM

Benjamin Katz - oto: Katja Illner © DIE GROSSE 2016

70 photographies de Benjamin Katz, du 30 Septembre au 31 Décembre 2016 au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris

70 photographies de Benjamin Katz viennent de faire leur entrée au sein des collections du Musée d’Art moderne. Choisies parmi plus de 200, elles forment un ensemble représentatif et un témoignage unique de la vie artistique des années 1970 à nos jours. Elles feront l’objet d’une exposition au Musée d’Art Moderne du 30 septembre au 31 décembre 2016. Cette collection présente des séries importantes sur des artistes, comme Eugène Leroy, Georg Baselitz ou Niele Toroni ainsi que des portraits isolés comme ceux de Josef Beuys, Andy Warhol ou d’André Kertész que le photographe considérait comme un modèle.

Né à Anvers en 1939, Benjamin Katz a grandi en Belgique. Il s’installe à Berlin en 1956, où il étudie à l’Académie des Beaux-Arts. Benjamin Katz qui se destinait à la peinture, est finalement devenu galeriste et photographe. En 1963, il fonde avec Michael Werner la Galerie Werner & Katz dont il s’occupe jusqu’en 1969. Benjamin Katz s’établit à Cologne en 1972, puis à partir de 1976, il commence à photographier ses amis à l’aide d’un simple boîtier n’exigeant aucune connaissance technique particulière. Il vient d’être récompensé par ses pairs pour l’ensemble de son œuvre avec le prix « Kunstpreis der Künstler » qui lui a été décerné durant le « Die Grosse 2016 » qui s’est tenu à Düsseldorf.

Les 200 photographies de Benjamin Katz ont été offertes au MAM, par la Société des Amis du musée. Et, à l’occasion de l’exposition, la Société des Amis du Musée d’Art moderne et les éditions Hirmer publient un ouvrage de 160 pages (français, anglais, allemand) contenant 80 illustrations et des textes de Eric Darragon, Emmanuelle de l’Ecotais, Heinrich Heil et Freddy Langer.

Témoin de la scène artistique internationale de ces quarante dernières années, il est aussi un grand photographe de ce monde. Il a su se rapprocher des plus grands artistes sans rien perdre de son sens de l’instantané, de la composition et de la lumière.

Photo : Benjamin Katz – oto: Katja Illner © DIE GROSSE 2016

Informations pratiques :

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Oenofolie

L’ivresse, tout un Art à l’Oenofolie N°9

Le vin est, depuis l’Antiquité, une riche inspiration pour les artistes. Peintres, sculpteurs, graveurs, ...

Mondial du Tatouage 2016

350 artistes tatoueurs présents au Mondial du Tatouage 2016

Le Mondial du Tatouage est de retour, et, depuis qu’il a réinvesti la capitale, ...

jeremy angelier

Jérémy fait danser la rame !

Jérémy Anglier, photographe et journaliste, s’est lancé une mission : faire sourire le voyageur ...