• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

34e Festival de Printemps de Budapest

Eifman Ballett Sankt-Petersburg

L’année 2013 a apporté des changements importants dans la vie culturelle de Budapest. Outre le prestigieux Opéra construit il y a 130 ans et le Palais des Arts, premier centre de spectacle et d’art de la région avec notamment la Salle de concert nationale Béla Bartók dont l’acoustique est considérée comme l’une des meilleures au monde, deux établissements fraîchement rénovés ont rouvert leurs portes : L’Académie de Musique fondée par Franz Liszt et le Théâtre Erkel. Inauguré l’année dernière, le Budapest Music Center est l’un des centres de musique contemporaine les plus récents d’Europe, il abrite également l’institut du compositeur Péter Eötvös.

L’image culturelle de la ville se construit à travers la cohérence des programmes culturels proposés par les institutions artistiques de Budapest. Le Festival de Printemps de Budapest a profité de ces synergies pour sa programmation : en plus de la musique, le théâtre, la danse, les arts plastiques, la photographie, le cinéma, le nouveau cirque et l’architecture sont également à l’honneur. En hommage au bicentenaire de la naissance de Miklós Ybl, l’un des plus célèbres architectes de Hongrie, des balades en ville seront proposées au public sur les traces de l’œuvre de cet artiste important, même à l’échelle européenne qui a, entre autres, conçu le magnifique Opéra de Budapest. Le festival prendra possession de toute la ville : des musiciens, des danseurs et des performances surgiront même dans les lieux les plus inattendus, et ils pourront aussi associer les spectateurs à leurs productions.

Comme lors des éditions précédentes, le 34e Festival de Printemps de Budapest a invité des artistes de renommée internationale. Le concert de l’Orchestre philharmonique de Vienne et le « ciné-opéra » La Belle et la Bête seront respectivement dirigés par Zubin Mehta et le compositeur Philip Glass. Parmi les barytons les plus sollicités aujourd’hui, le Britannique Simon Keenlyside et l’Uruguayen Erwin Schrott donneront des récitals. Le 70e anniversaire de Péter Eötvös, l’un des compositeurs hongrois les plus actifs, sera célébré, entre autres, par le concert de l’illustre violoniste moldave Patricia Kopatchinskaja. L’Orchestre philharmonique de la BBC se produira en concert avec le soliste autrichien Martin Grubinger, le « magicien des instruments à percussion ». Le programme du concert d’Elena Bashkirova et de l’Orchestre de Chambre du Festival de Jérusalem évoquera la culture musicale viennoise à travers des chefs d’œuvre de différentes époques : de Haydn à Arnold Schönberg et de Beethoven à Alban Berg. Maxim Vengerov interprétera des œuvres de Mozart et de Tchaïkovski avec l’Orchestre de Chambre polonais. José Cura incarnera

Cavaradossi dans la représentation de la Tosca à l’Opéra National de Hongrie. Concernant les autres opéras, deux raretés baroques méritent tout particulièrement d’être mentionnées : l’Orlando de Händelinterprété par Jean-Christophe Spinosi et l’Ensemble Matheus et Les fêtes de Polymnie de Jean-Philippe Rameau qui seront interprétées en collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles, pour la première fois en Hongrie. Un opéra d’espionnage captivant est en cours de préparation sur la vie de la danseuse néerlandaise légendaire Mata Hari quia été jugée par un tribunal de guerre français en 1917 avant d’être exécutée pour espionnage au profit de l’Empire allemand.

Seront également en concert Lee Ritenour, illustre guitaristeet musicien incontournable de jazz depuis près de cinquante ans, ainsi que Matt Bianco, qui allie dans un mélange unique la musique latine, le jazz et la synthpop. Ce dernier sera accompagné du Concertgebouw Jazz Orchestra. Le festival accueillera aussi la grande dame portugaise du fado, Dulce Pontes. Le showman extravagant Rufus Wainwright qui est aussi l’un des chanteurs pop les plus intéressants du moment se produira pour la première fois en Hongrie. Le groupe français Lo’Jo présentera au public des chansons multiculturelles inspirées de musiques nord-africaines accompagnées par des instruments au son authentique. Márta Sebestyén, l’une des plus célèbres chanteuses hongroises de musique traditionnelle, interprétera des airs de musiques de film (dont celle du Patient anglais) dans un ciné-concert exceptionnel avec la participation de Deep Forest, lauréat d’un Grammy Award.

Le spectacle du quatuor à cordes polonais MozART Group, considéré comme les Monty Python de la musique classique,seraun vrai régal pour le public.Parmi les coproductions du festival de cette année, il faut mentionner le Bal infernal présenté en création mondiale par la Compagnie Bozsik Yvette et la Compagnie de danse Derevo. Dans le cadre du festival le Ballet Eifman de Saint-Pétersbourg présentera sa nouvelle création, Rodin. Boris Eifman a chorégraphié l’une des histoires d’amour les plus cruelles de l’histoire de l’art : celle passionnelle et tragique, entachée de jalousie, que vécut le sculpteur de génie Auguste Rodin avec Camille Claudel, modèle devenu sculpteur. Le Ballet contemporain de Szeged et l’Orchestre philharmonique Pannon proposent un ballet-concert exceptionnel dans le cadre duquel les pièces de concert les plus populaires de Richard Strauss et de Béla Bartók deviennent des musiques pour ballet. Ainsi parlait Zarathoustra et la Suite de danses de Bartók se transforment respectivement en une œuvre dramatique et en un véritable tourbillon de mouvements. Le Théâtre de danse d’Europe centrale réunit pour la première fois les pièces en un acte de trois chorégraphes hongrois de talent œuvrant à l’étranger (Attila Kun, Máté Mészáros et Lóránd Zachár) pour qu’ils puissent nous montrer où en est à l’heure actuelle la danse contemporaine en Europe.

Comme le veut le caractère pluridisciplinaire du festival, le nouveau cirque y occupe aussi une place. Recirquel, la première compagnie hongroise de nouveau cirque expérimente de nouvelles voies pour créer un style particulier propre à l’Europe centrale et orientale. Sa nouvelle production intitulée Le Clown nu nous invite à découvrir un bal.

Le Festival International de Théâtre Madách accueillera au Théâtre National de Budapest des théâtres étrangers de renom, tels que le Théâtre Alexandrinski, le Théâtre d’Art de Moscou, le Grand Théâtre dramatique de Saint-Pétersbourg et les théâtres nationaux de Bagdad, d’Istanbul, d’Oslo et de Riga. C’est la première fois qu’un festival de théâtre de cette envergure est organisé en Hongrie.

Des expositions fort intéressantes attendront les amoureux des arts plastiques : le Musée d’Histoire de Budapest accueillera des autoportraits de peintres hongrois conservés dans la Galerie des Offices de Florence, la Galerie Nationale Hongroise proposera une exposition de

Gyula Derkovits, figure la plus originale de l’expressionnisme hongrois. Le Musée Ludwig présentera des œuvres de Judit Reigl,figure de l’art abstrait lyrique reconnue dans le monde. Enfin, le Centre Capa propose à l’occasion du festival une série d’expositions aux amateurs de photographie.

  • Le 34e Festival de Printemps de Budapest se tiendra du 22 mars au 7 avril 2014
  • Pour plus d’informations sur les programmes du festival et la billetterie:  www.btf.hu.

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Sejourning - Un job de rêves

Un job de rêve en CDD de 3 mois rémunéré 10 000 euros pour partir en vacances ?

L’économie collaborative occupe une place importante dans le tourisme et le voyage d’affaires. En ...

Arbre Ville Music Festival

Quand les Festivals se meurent…

Leur nombre ne cesse d’augmenter et leur participation y est sans cesse croissante, les ...