21e édition du prix Nice Baie des Anges

Prix de Nice

Akli Tadjer remporte le prix Nice Baie des Anges

Né à Paris, Akli Tadjer,  écrivain franco-algérien a toujours été passionné de lecture, et c’est donc tout naturellement, qu’étudiant, il se tourne vers les cours de l’école de journalisme de la Rue du Louvre à Paris. C’est un voyage en Algérie, au début des années 80, qui lui inspirera son premier roman : Les A.N.I du Tassili dont il fera l’adaptation pour la télévision. De nombreux autres romans suivront, tel Le Porteur de Cartable, il était une fois… Peut-être pas et en 2014 Les thermes du Paradis, dont plusieurs seront eux aussi adaptés pour la télévision.

Traduits dans de nombreux pays, notamment en Italie, Allemagne et Suède, son dernier roman, La Reine du Tango, publié aux éditions JC Lattès, vient d’être couronné par le prix Nice Baie des Anges, prix créé en 1996 à l’initiative de la Ville de Nice.

Le jury a distingué cet ouvrage parmi huit romans en lice. Présidé par Franz-Olivier Giesbert, le jury réunissait Paule Constant, Irène Frain, Aurélie de Gubernatis, Didier van Cauwelaert, Laurent Seksik, Jean-Luc Gag (Conseiller municipal délégué au patrimoine historique, à la littérature, à la lutte contre l’illettrisme, au théâtre et à la langue niçoise) et Nicolas Galup (rédacteur en chefd’Azur TV). Sélectionné par des écrivains et par des journalistes d’Azur TV, un jury populaire de dix lecteurs, amoureux des livres et des mots, a été associé aux délibérations.

Suzanne a grandi seule avec sa mère, La Reine du tango, une danseuse magnifique qui a connu tous les succès, toutes les gloires. Disparue trop jeune, elle a laissé à sa fille sa passion de la danse, des souvenirs éblouissants et une peur immense de l’abandon. De cette enfance, Suzanne n’a gardé que le tango qu’elle enseigne sans oser le danser, et un vieil ami de sa mère, qui s’éteint à l’hôpital. Pour vivre pleinement et enfin danser comme la Reine du tango, Suzanne doit retrouver les clés de cette enfance, comprendre qui était sa mère, apaiser ses peurs et surtout rencontrer un homme capable d’être son partenaire dans la vie et sur scène. Lorsqu’elle croise Yan, un petit voleur, elle est prête à tout.

La Reine du Tango est un conte moderne, d’humour et de mélancolie où l’on découvre que le tango est plus qu’une passion, une addiction.

Le prix sera remis à Akli Tadjer, par Christian Estrosi, Maire de la Ville de Nice, le vendredi 03 juin 2016, en ouverture du 21ème Festival du Livre de Nice qui se tiendra sous la présidence de Jean‑Christophe Rufin, de l’Académie française.

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

The Story of Kullervo

John Ronald Reuel Tolkien « The Story of Kullervo »

Le jeudi 27 août paraîtra aux éditions HarperCollins, au Royaume-Uni, le premier texte en ...

Jean-Baptiste Malet - L'Empire de l'or rouge

L’Empire de l’or rouge de Jean-Baptiste Malet

Que mange-t-on quand on ouvre une boîte de concentré, verse du ketchup dans son ...

Salaï - Gian Giacomo Caprotti dit Salaï

Léonard de Vinci et Gian Giacomo Caprotti dit Salaï

" Salaï " est le nom que Léonard avait l’habitude d'utiliser – comme le ...