100 ans de Canard Enchaîné !

Canard Enchaîné

100 ans de Canard Enchaîné !  à travers une centaine de pages, Patrick Rambaud nous livre dans le « Roman du Canard », une histoire truffée d’anecdotes où co-habitent de truculents personnages à différentes époques.

« Mon premier mouvement, quand je vois quelque chose de scandaleux est de m’indigner, mon second mouvement est d’en rire. C’est plus difficile, mais autrement plus efficace. » Ces quelques mots de Maurice Maréchal, fondateur du Canard Enchaîné aux côtés du dessinateur Henri-Paul Gassier, suffisent à résumer la ligne directrice et éditoriale de ce journal né il y a un siècle au beau milieu de la grande guerre et qui annonçait clairement la couleur : rire et faire rire de ce qui est à pleurer !

Et durant le siècle qu’il vient de traverser, le Canard s’est battu contre toutes les censures, les hypocrisies, les quand dira-ton, les « bourrages de crâne », les campagnes de propagande, les intolérances, les abus de pouvoir et les mensonges d’état, n’épargnant rien ni personne et jouant à fond la carte de la satire et de la dérision. Insoumis, libre et indépendant, l’hebdomadaire, qui paraissait le mercredi, n’appartenait qu’à ses salariés et refusant toute publicité, ne vivait que grâce à ses lecteurs. Ce statut lui conférait sa position de force et de crédibilité.

Stable, il n’a connu que quatre directeurs en cent ans, (Maurice Maréchal, René Tréno, Roger Fressoz, Michel Gaillard), son succès a grandi au fil du temps, prenant de front les autorités aussi bien politiques, militaires, religieuses, diplomatiques qu’académiques ! Avec le Canard, pas de pitié, tout le monde y passe et le sérieux y est banni. Mais, le Canard a aussi du panser ses plaies : l’arrêt de sa publication durant la seconde guerre mondiale de juin 1940 à septembre 1944, des périodes de censure (pendant les deux conflits mondiaux, ou les  » événements « ), des tentatives d’écoute, des procès et plus récemment la tragique disparition de Cabu.

Il fait peur aux hommes politiques ! Le général de Gaulle demandait ainsi régulièrement :  » Que dit le Volatile cette semaine ?  » Avant lui, Barrès, Millerand, Lebrun, Daladier l’avaient subi… Après lui, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac et surtout Sarkozy ont du apprendre à faire avec !

Le livre « L’histoire du Canard Enchaîné » est fait dans un esprit très « Canard », reprenant de manière chronologique et thématique plus de 2000 articles et dessins. Outre de politique française, on y parle de colonialisme, de fascisme, de la cause des femmes, des affaires politico-financières, des guerres, des media, des mondiaux de foot, etc.

Patrick Rambaud, à travers une centaine de pages nous livre dans le « Roman du Canard« , une histoire truffée d’anecdotes où co-habitent de truculents personnages à différentes époques. Depuis 1916, le Canard, c’est près d’un demi-million d’exemplaires vendus chaque semaine à un public fidèle qui contrecarre ainsi la bêtise et l’arrogance des puissants. Un livre qui permet, le sourire en coin, de traverser un siècle d’histoire traitée et malmenée avec bonheur par la satire. C’est drôle, très drôle !

Broché
Editeur : Seuil
Collection : BEAUX LIVRES
Langue : Français
ISBN-10: 2021283143
ISBN-13: 978-2021283143

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Pascal Bonafoux - Les impressionnistes par eux-mêmes

Pascal Bonafoux : Les impressionnistes par eux-mêmes

Ecrivain, professeur d’histoire de l’art à l’université Paris VIII et commissaire d’expositions, Pascal Bonafoux, ...

« Insouciance » d’Estelle Alcor

Pour son premier roman, Estelle Alcor nous offre ce qui nous manque le plus ...

Miranda Megan

Megan Miranda nous livre son premier roman pour adultes, Evanouies

Passant de la biologie, dont elle est diplômée, à la littérature, Megan Miranda est ...